Pourquoi la Gauche est-elle injuste avec les Français établis hors de France ?

J’ai déjà eu l’occasion de poser cette question à plusieurs reprises ces derniers mois. Mais, ce mois de mars 2017 vient confirmer mon analyse au-delà de toutes les craintes que je pouvais nourrir :

– d’une part, le Gouvernement a annoncé la suppression du vote électronique pour les élections législatives de juin 2017 ;
– d’autre part, il a promu notre secrétaire d’État aux Français de l’étranger (chargé de préparer le vote électronique pendant le quinquennat), Matthias Fekl, au rang de ministre de l’Intérieur (chargé d’organisation l’ensemble des élections du pays), sans nommer de remplaçant à ce secrétariat d’État : double faute de François Hollande.

Un Gouvernement qui a réduit les droits des Français de l’étranger


Lors du quinquennat précédent (2007-2012), Nicolas Sarkozy et François Fillon avaient fait progresser les droits de nos compatriotes résidant à l’étranger : création de onze députés pour les représenter, institution d’un ministre dédié, permission de voter aux élections européennes en les rattachant à la région Île-de-France et, pour la première fois, habilitation à expérimenter le vote par correspondance et par Internet pour une élection de portée nationale.

Contrairement aux promesses de M. Coronado, qui il est vrai ne s’est pas distingué par un activisme forcené au Parlement sauf quand il s’est agi de voter contre l’état d’urgence,  le quinquennat de François Hollande et de Sergio Coronado a débuté par la remise en cause des avancées obtenues en faveur des Français de l’étranger. Lacommission Jospin avait envisagé en effet, dès l’automne 2012 :

– de remettre en cause le mode de scrutin pour l’élection des députés représentant les Français établis hors de France (en vue d’une diminution ultérieurement) ;
– de supprimer les sénateurs représentant les Français de l’étranger.

Puis, la réforme d’août 2013 – qui a créé les délégués et conseillers consulaires – a relégué l’AFE à une simple mission de production d’études et d’avis en réduisant d’un tiers ses effectifs, tandis qu’elle a supprimé le vote par correspondance aux élections consulaires et AFE.

A ceux qui  à gauche seraient tentés de justifier cette réforme en prétendant qu’elle constitue une avancée démocratique, je réponds que les Français de l’étranger ne sont pas des citoyens de seconde zone et qu’il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles : on a remplacé 155 élus de l’Assemblée des Français de l’étranger par 511 élus consulaires à budget constant (donc avec un cruel manque de moyens pour agir) et sans aucune compétence décisionnelle face aux consuls.

Le coût et les risques de sécurité du vote par correspondance ont été avancés pour réduire son utilisation pendant le quinquennat. Or, il sont moindre que ceux du vote par Internet. Il s’agit d’ailleurs d’un argument hypocrite puisque, dans l’immense majorité des démocraties octroyant des droits civiques à leurs expatriés, le vote par correspondance sous pli fermé est privilégié.
 

Un Gouvernement qui a surtaxé nos compatriotes

En 2012, le Gouvernement a décidé d’assujettir aux prélèvements sociaux (notamment CSG et CRDS) les revenus immobiliers (loyers et plus-values) que les non-résidents fiscaux tirent d’un bien immobilier situé en France : une mesure doublement discriminatoire comme vous le savez.


En 2014, il a persévéré dans l’erreur en faisant voter une majoration de la taxe d’habitation sur les logements occupés à titre de résidence secondaire, impactant directement de nombreux Français vivant à l’étranger dont le bien qu’ils possèdent en France est en réalité leur seul pied à  terre.

Avec l’aide de mes amis parlementaires Les Républicains, je reviendrai sur ces dispositions discriminatoires envers les Français de l’étranger comme je m’y suis déjà engagé.

Un député absent et dans l’erreur pendant 5 ans

Combien de Français me disent, au cours de mes nombreux déplacements dans la circonscription, qu’ils n’ont jamais vu notre député ou, pire, qu’ils ne connaissent même pas son nom ? Son nom ? Sergio Coronado, député vert, élu en 2012 grâce à l’investiture du Parti Socialiste  et soutien actif de Jean-Luc Mélenchon cette année !


Comment notre député sortant a-t-il pu voter contre l’état d’urgence au lendemain des attentats de Paris en novembre 2013 et contre son renouvellement au lendemain de celui de Nice en juillet 2016 ?

C’est impardonnable pour les citoyens que nous sommes. De mon côté et de manière concrète, j’ai déjà proposé que les corps des terroristes tués sur le territoire national soient incinérés et que leurs cendres soient dispersées en haute mer afin d’éviter que leurs tombes ne deviennent des lieux de pèlerinage et que les familles des bourreaux et des victimes ne puissent se croiser dans les cimetières.

Qu’a-t-il fait pour s’opposer à la logique purement comptable du Gouvernement de fermer plusieurs consulats au cours du quinquennat au détriment des services rendus à nos compatriotes et du rayonnement de la France en Amérique latine et dans les Caraïbes ? Il a écrit au ministre Jean-Marc Ayrault pour protester : bravo, quelle efficacité !


Pourquoi notre député – qui avait appelé à voter pour François Hollande en 2012 – s’est-il mobilisé prioritairement pour que les détenus puissent voter dans les prisons françaises, alors qu’il se désintéressait dans le même temps des droits des Français de l’étranger qui se retrouvent aujourd’hui privés de la faculté de voter par voie électronique ?

L’avez-vous seulement entendu protester contre cette mesure inique alors qu’il est le député en place ? Avec mes maigres moyens puisque je ne suis pas encore député, j’ai au moins lancé une pétition pour sensibiliser les électeurs qui en sont les premières victimes et j’ai récolté près de 1000 signatures.


En conclusion, aucun autre Gouvernement n’avait auparavant porté autant d’atteintes aux droits des Français de l’étranger et ce dans l’indifférence, voire avec la complicité, de M. Coronado dont le bilan est si peu flatteur que même les socialistes n’ont pas voulu l’investir cette année !

Le 23 avril, votez François FILLON 
pour vous débarrasser du pouvoir socialiste !
– – –
Le 3 juin, votez pour Pascal DROUHAUD
pour l’aider à réformer notre pays !